Comment garder son business plan confidentiel?

Article publié sur l’express le 24/05/2017

C’est un paradoxe: ce document top secret doit être diffusé. Comment éviter les faux pas? Les conseils de de Lison Chouraki (1).

Le business plan est généralement considéré comme un document confidentiel. Paradoxalement, il sera diffusé sous format papier ou numérique et présenté à de nombreuses personnes.

Sa diffusion doit donc être restreinte. On évitera par exemple de l’envoyer aux investisseurs qui financent des projets concurrents. Dans le doute, on pourra fournir un Executive Summary à la place du business plan.

LIRE AUSSI >> Faut-il faire appel à un conseiller en levée de fonds?

De plus, il est recommandé de ne pas inclure dans le business plan d’informations trop confidentielles dont la divulgation pourrait compromettre le projet ou donner un avantage important à un concurrent. Dans certains cas par exemple, on pourra remplacer les noms des clients par une description, indiquer les avantages d’une technologie ou les performances obtenues sans en expliquer en détail le fonctionnement.

Le business plan est parfois accompagné d’un engagement de confidentialité (en anglais Non Disclosure Agreement ou « NDA ») dont des modèles peuvent être trouvés sur Internet.

LIRE AUSSI >> Secrets et confidentialité à l’heure des Panama Papers

Cependant, il est délicat de demander à un investisseur de signer un engagement de confidentialité. La plupart refusent et certains peuvent même s’en offusquer.

Les précautions minimales consistent à diffuser le business plan dans un format non modifiable (par exemple PDF) et à indiquer sur chaque page « Document confidentiel » ou simplement « Confidentiel ».

Le conseil. Une astuce pour dissuader le transfert par e-mail consiste à personnaliser chaque document envoyé en insérant le nom du destinataire sur chaque page, dans le pied de page.

Attention à ne pas tomber dans l’excès de confidentialité. En règle générale, un porteur de projet peut exposer son idée sans risque d’être copié. Certains entrepreneurs surestiment la confidentialité de leur projet et, en refusant d’en parler, se privent de conseils, partenaires, investisseurs et autres opportunités. Les projets dont l’idée même doit être tenue confidentielle sont rarissimes.

(1) Cet article est issu du Guide de la jeune entreprise innovante, de Lison Chouraki, aux éditions Dunod. Un ouvrage qui s’adresse aux jeunes entreprises innovantes dans leur ensemble, et pas seulement à celles bénéficiant du statut fiscal de JEI. Retrouvez d’autres informations et mises à jour sur guidejei.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s